Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Articles Récents

24 juin 2015 3 24 /06 /juin /2015 21:25

Livia Freudl, Directrice des Ressources Humaines Siemens Qatar

Allemande, Livia a fait le pari de quitter le siège de son entreprise pour prendre la responsabilité RH d’une filiale dans la péninsule arabe. Elle y est confrontée à un double changement, à la fois de culture et de nature d’activité.

Dans quelles circonstances avez-vous quitté le siège de Siemens en Allemagne pour rejoindre une de ses filiales au Qatar ?

J’avais travaillé dans un environnement « Corporate » pendant de nombreuses années et j’arrivais à un moment où il était temps de penser à ce que je voulais faire : continuer sur cette voie ou m’exposer à quelque chose de différent. J’ai alors décidé que je voulais changer !

Comment avez-vous choisi le poste de DRH au sein de la filiale Qatari de votre Groupe ?

J’ai rencontré mon management afin d’échanger sur mon souhait de mobilité. Nous avons rapidement discuté d’une opportunité concrète à l’étranger. J’avais toujours voulu partir en mission à l’étranger et il était immédiatement clair pour moi que devenir la référente Ressources Humaines d’un pays serait une excellente expérience !

Quelles différences avez-vous identifiées dans la manière dont les Ressources Humaines sont gérées au Qatar par rapport à l’Europe ?

J’ai tout d’abord vécu un changement radical en passant du niveau « Corporate » du Groupe à la gestion opérationnelle des ressources humaines d’une filiale de 400 salariés ! J’étais habituée à travailler sur des questions stratégiques, alors que dans mon nouvel environnement, le focus doit être sur l’opérationnel. J’ai ensuite constaté qu’il y a peu de réglementation au Qatar, en comparaison avec la plupart des pays européens : un salarié peut par exemple facilement être licencié quel que soit le motif, sous réserve du respect d’un préavis de quatre semaines. Etant donné que le visa pour le Qatar est généralement lié à un contrat de travail, cela signifie souvent pour un salarié étranger un retour dans son pays d’origine !

Des points communs ?

J’ai reconnu que la filiale Qatari faisant partie du Groupe Siemens, car j’y ai globalement retrouvé les processus RH, les outils et lignes directrices que je connaissais en Allemagne, qui étaient autant de repères utiles à mon arrivée.

Comment la fonction RH est-elle perçue au Qatar ?

La première attente est que nous assurions une gestion administrative de qualité, mais nous avons aussi beaucoup de demandes liées au développement RH. Certains managers ont vite tendance à déléguer une partie de leurs responsabilités à la fonction RH : dans le cadre des fins de contrats de travail, mais aussi pour identifier et développer des membres de leurs équipes.

Quel est le profil des professionnels RH au Qatar ?

Ils sont généralement diplômés en “Business Administration” avec une composante majeure en Ressources Humaines. Toutefois, ce qui compte vraiment ici, au-delà du parcours académique, c’est l’expérience professionnelle.

Comment êtes-vous perçue en tant qu’étrangère au Qatar ?

Le Qatar est un melting pot: parmi les 2 millions d’habitants, seuls 300.000 ont la nationalité Qatarie. Il y a une très large proportion d’étrangers, principalement des asiatiques avec lesquels j’ai l’habitude de travailler compte tenu de mon parcours. Les managers avec lesquels je travaille sont souvent des occidentaux.

Le fait que je vienne du siège du Groupe est clairement perçu comme un atout par mes interlocuteurs : cela me permet d’obtenir facilement des informations et l’accès aux décisionnaires.

Enfin, en tant que manager, j’ai le sentiment que je dois préciser encore davantage mes attentes que dans un cadre culturel plus familier et garder un contact encore plus étroit pour accompagner les membres de mon équipe.

Comment voyez-vous la suite ?

J’ai pris ce poste pour une durée prévisionnelle de trois ans. Mon objectif était de vivre une expérience à la fois sur le plan professionnel et personnel avec ma famille. Je trouve cela très enrichissant. Je reconnais aussi qu’en tant que responsable RH d’un pays, j’apprécie la possibilité de prendre des décisions facilement et de les mettre en œuvre rapidement, là où lorsque je travaillais au siège, je dépensais beaucoup de temps et d’énergie pour rechercher le consensus. Compte tenu de cette expérience positive au Qatar, je me verrais bien ensuite prendre le même type de responsabilité dans un autre pays !

Partager cet article

Repost 0
Published by MasterMIRH - dans Fonction RH
commenter cet article

commentaires